Peaux-d'Âmes

// PEAUX - D' ÂMES /// « La vérité c’est la peau. Elle est dans la peau, elle fait peau.» Jean-Luc NANCY Je réalise beaucoup de portraits de personnes âgées, d’artistes ou d’anonymes. Mes images sont frontales et sans fard. Chaque rencontre est un rendez-vous. Il s’agit d’un dialogue, d’un face-à-face entre différentes cultures, visages et peaux. Les personnes sont emprisonnées dans un cadrage très serré, le regard est direct. Leur peau, telle une géologie du visage, est une plage, une dune dans laquelle je me perds. Les rides sont des collines, des lignes sans fin, les yeux, des fleuves, remplis d’expérience, d’espoirs et d’attentes. Dans mon travail, je désire mettre en avant la peau du modèle, la transpercer métaphoriquement afin que leur chair–âme envahisse et se propage à l’aune de l’image. La peau compose et enveloppe nos êtres, telle une écriture naturelle et commune, une trace visible, sensible du vieillissement de nos corps. La peau est envisagée comme un territoire, un paysage, une sorte de géologie épidermique, tel un continent à explorer, un espace prêt à être découvert. L’épiderme s’apparente ainsi à un dévoilement, un carnet ouvert divulguant à l’autre nos faiblesses. Dans mon travail, je désire mettre à nu la matière-peau, émotionnelle, sensorielle, en retranscrivant la vérité intrinsèque de l’humain, son âme. Tel Henri Pierre Jeudy, j’envisage la peau comme « un livre ouvert aux yeux de l’autre. » Elle est un des éléments fondateurs de notre personnalité. Elle agit comme une carte d’identité, sa couleur, ses rides, ses cicatrices, ses tatouages, indiquent notre origine, notre vécu, nos souffrances. /// SOUL SKIN /// “Truth is skin. It’s in the skin, it becomes skin.” Jean-Luc NANCY I take many portraits of the elderly, recognized artists or anonymous unknowns. My images are frontal and without compromise. Each encounter is an event, a dialogue. A face-off between different cultures and skins. The subjects are imprisoned within a tight frame, the approach is direct. Their skin, like a geology of the face, is a beach, a dune in which I am lost. Wrinkles are hills, lines without end, their eyes are rivers flowing with experience, hope and expectation. In my work, I want to emphasize the skin of the model, to pierce it metaphorically so that the flesh-soul invades and propagates at the source of the image. Skin composes and envelopes our beings like a natural and commonplace language, a visible, sensitive trace of our aging bodies. I approach a skin as I would a territory or a landscape, a kind of epidermic geology, a continent to explore, a space ready to be discovered. Skin lends itself to unveiling, an open notebook which reveals our weaknesses to the other. In my work, I strive to delve into the skin as a material – emotional, sensorial, rewriting the intrinsic truth of humanity, the soul. Like Henri Pierre Jeudy, I see skin as “a book open to the eyes of the other”. It is a foundational element of our personality. It acts as an identity card - color, lines, scars or tattoos are clues to our origin, our experience, our suffering.

Fermer